Comment tuer un homme de Carlo Gébler

Thomas French est un administrateur de biens irlandais. Son rôle est de rétablir les créances des propriétaires et de régler le problème des loyers impayés par les exploitants des terres (les tenanciers). Thomas est habile dans son métier et il a jusque là réussi les missions qu’on lui confiait. En 1854, il arrive à Dublin dans l’espoir de travailler pour Mrs Beaton dont les terres se situent dans la province de Beatonboro’. Ses tenanciers ont de nombreux loyers en retard et Thomas comprend rapidement la situation : « Elle désirait vendre ses terres et le travail de Thomas était de mettre de l’ordre dans ses affaires. Elle avait fini par détester la campagne : trop de dur labeur et trop peu de distractions. Il avait vu nombre de propriétaires terriens éprouver le même sentiment. Ils prenaient goût à Dublin ou à Bath et abandonnaient leurs domaines.  » Mrs Beaton souhaite donc que Thomas expulse les mauvais payeurs mais son idée est toute autre. Il veut proposer à chaque tenancier la possibilité de repartir à zéro en Amérique, le voyage serait payé, les dettes effacées, la possibilité de vendre son bétail pour son profit et d’emporter tout ce qu’il possède. Cette idée, qui semble séduisante pour un paysan couvert de dettes, se confronte à deux choses : le droit des tenanciers et le ribbon. Ce droit est un usage du Nord de l’Irlande qui veut qu’un tenancier quittant sa terre reçoit une somme équivalente à plusieurs années de loyer  afin de le dédommager des aménagements réalisés sur sa ferme. Bien entendu Thomas French a l’intention de donner beaucoup moins. Le ribbon est une société secrète agraire qui fait régner la terreur dans la région. L’administrateur va vivre à Beatonboro’ les pires heures de sa vie.

« Au fond, tous les récits sont des histoires de meurtre. » C’est ainsi que s’ouvre le roman noir de Carlo Gébler, fils de la grande romancière Edna O’Brien. Outre le fait que cette entrée en matière est géniale, elle correspond bien à l’atmosphère plombée de « Comment tuer un homme ». Car le ribbon fait régner la terreur de manière particulièrement atroce. Les membres de cette société secrète n’hésitent pas à employer la torture et le meurtre pour faire fuir les indésirables dont Thomas French va rapidement faire partie. Le roman s’ouvre sur une scène qui place tout de suite le lecteur dans l’ambiance. Une voiture se fait attaquer brutalement au détour d’une route. La personne visée est McGuinness, le patron du pub. Il est touché par une balle composée de clous, vis, morceaux de fer blanc qui lui lacèrent le visage et lui crèvent les yeux. Le tort du cafetier ? Avoir repris un pub que d’autres considéraient comme le leur, les ribbonistes voulaient donner l’établissement à un de leurs membres. McGuinness résista et devait en payer le prix. Les victimes des ribbonistes sont des Irlandais, des paysans, des travailleurs qui osent les affronter. C’est bien tout le problème, sous couvert de la défense de l’Irlande, ces hommes protègent avant tout leurs intérêts. Les terres irlandaises ont été cédées aux Anglais plusieurs siècles avant le début du roman de Carlo Gébler et Mrs Beaton est l’une de leurs descendants. Mais les ribbonistes ne s’en prennent pas aux propriétaires, ils s’attaquent à leurs compatriotes aux risques de créer une guerre civile. La Grande Famine a sévi peu de temps avant, de nombreux Irlandais y ont succombé. Au lieu de réunir les forces irlandaises restantes, le ribbon ne fait que diviser. Cet épisode peu connu de l’histoire irlandaise montre à quel point la construction de ce pays s’est faite dans la douleur, le sang et la division.

« Comment tuer un homme » est un livre que j’ai dévoré grâce à son thème passionnant, romanesque, et au style totalement fluide de Carlo Gébler. Les personnages sont bien campés, attachants et j’ai suivi leur destinée avec un plaisir mêlé d’inquiétude.

Un immense merci à Denis des éditions Phébus pour cette formidable découverte.

Un autre avis enthousiaste chez Mobylivres. 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Comment tuer un homme de Carlo Gébler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s