Le Capitaine Pamphile d'Alexandre Dumas

Ma connaissance de l’œuvre du prolixe écrivain français se limitait jusqu’à présent aux « Trois mousquetaires » version Bibliothèque verte. Autrement dit pratiquement rien. Pour mes quasi premiers pas dans la découverte d’Alexandre Dumas, j’ai choisi « Le Capitaine Pamphile », attiré par la quatrième de couverture qui annonçait un récit « plein de gaieté et de verve, de burlesque parodique », mais aussi « une œuvre sombre », « un chef-d’œuvre unique chez Dumas » qui « aurait pu être signé de Sterne, ou de Swift ». C’est plus qu’il n’en fallait pour me décider.

« Le Capitaine Pamphile » contient deux récits imbriqués l’un dans l’autre. Dans l’un, le narrateur, Alexandre Dumas lui-même, raconte les aventures tragi-comiques de divers animaux, Gazelle la tortue, Mlle Camargo la grenouille, les singes Jacques Ier et Jacques II, et l’ours Tom. Ces bêtes sont le jouet de leurs passions bien humaines et les victimes de la cruauté et de la bêtise des hommes. Elles appartiennent à un ami d’Alexandre Dumas, le peintre Decamps, dans l’atelier duquel se réunit une joyeuse compagnie d’artistes et de scientifiques. L’un d’eux, Jadin, se propose de lire les aventures du Capitaine Pamphile, dans lesquelles on apprend entre autres choses comment Jacques Ier et Tom sont arrivés chez Decamps. C’est le deuxième récit.

Le Capitaine Pamphile (« aime tout ») porte bien mal son nom. Cet intrépide Provençal fort en gueule commande le brick de commerce la Roxelane. Sa conception du commerce est toutefois fort singulière puisqu’il n’hésite pas à arraisonner et alléger de leur cargaison tous les navires qui ont le malheur de croiser sa route. On le voit aussi, entre Afrique, Amérique et Europe, se livrer à des parties de chasse homériques, affronter une mutinerie, s’échouer sur une baleine, échapper à des Indiens Hurons, se faire passer pour un membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, provoquer une guerre entre tribus africaines, faire la traite des esclaves, devenir cacique et arnaquer les royaumes d’Angleterre et d’Ecosse.

On aurait tort de voir dans « Le Capitaine Pamphile » un simple récit d’aventures à destination des enfants. Au-delà des péripéties rocambolesques, drôles et enlevées propres à ce genre perce une ironie mordante qui vise cette classe montante de marchands et capitalistes  qu’aucune considération morale ne peut arrêter sur la route du profit. Le Capitaine Pamphile en est l’archétype, certes caricatural, qui tue, vole, exploite, extorque et escroque avec une parfaite bonne humeur. Ainsi va le monde à l’aube du capitalisme triomphant. Dans ce contexte, l’auteur propose sa vision sa vision romantique des artistes et intellectuels, dernier refuge contre la barbarie naissante. Qui, de l’homme ou de l’animal, est le plus bestial, semble nous demander Dumas ? Une lecture très réjouissante.

Publicités

7 réflexions sur “Le Capitaine Pamphile d'Alexandre Dumas

  1. Je suis une grande fan de Dumas (Jusqu’à maintenant, j’ai lu « La reine Margot », « Les trois mousquetaires », « Pauline », « La tulipe noire » et « La guerre des femmes »). Je ne connais pas du tout celui que tu nous présentes ici, mais vu que je pense tout lire de cet auteur, je vais régler assez rapidemment cette injustice.

    Je réfléchis en ce moment à proposer un petit « Challenge Alexandre Dumas » pour 2011 …. Peut-être que ça tentera des lecteurs encore timides à découvrir Dumas …

  2. Je redécouvre Dumas… Si je n’apprécie pas trop ses grands romans d’aventures… Je pense lire d’autres titres comme celui-là qui me semble très tentant…
    PS : au sujet de Braddon, ne t’inquiète pas : je ne suis pas une cause perdue et réfractaire à son style et j’espère découvrir un autre roman et je pense choisir le titre que tu me conseilles, sur les traces du serpent… J’espère qu’il me plaira davantage…

  3. Ses gros pavés m’effraient un peu à vrai dire, mais je me suis vraiment régalée avec « Pauline » dont on avait ensuite beaucoup parlé sur les blogs suite à une lecture commune. Je n’avais pas remarqué celui-ci ou ne m’en souvenait pas mais il me semble très tentant.

  4. Un Dumas que j’ai prévu de lire depuis longtemps. Le prochain peut-être? Mais il faudra attendre que j’ai fini celui que je lis en ce moment: l’excellent « Collier de la reine ».

  5. @Romanza : moi aussi j’ai bien l’intention de me plonger plus avant dans l’oeuvre de Dumas. Et un petit challenge serait en effet une bonne occasion. Très bonne idée.

    @maggie : ses romans d’aventures me tentent également. C’est un écrivain plus profond et plus divers que je ne l’imaginais.

    @Lou : toute son oeuvre me tente en fait. Je vais aller voir ce qui se dit sur « Pauline ». Pour ma part, j’ai repéré « Gabriel Lambert » qui sera ma prochaine lecture de Dumas je pense.

    @Cleanthe : il y a tant de livres de Dumas à lire, plus je lis de choses sur son oeuvre, plus il m’intéresse.

  6. Un billet capable de me réconcilier avec ces classiques français du XIXe ! J’aime beaucoup le dernier paragraphe, il me fais penser que je pourrai m’y lancer avec plaisir.

  7. J’avais des préjugés sur Dumas, mais il est beaucoup plus qu’un écrivain pour la jeunesse. J’espère que tu aimeras, ce livre ou un autre. Tu n’as que l’embarras du choix !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s