Manhattan nocturne de Colin Harrison

Porter Wren est journaliste à New York spécialisé dans les faits divers. Ses chroniques décrivent les vies des victimes tuées dans les rues de la Grosse Pomme. Porter est confronté à la noirceur de l’homme, mais en dehors des scènes de crime, sa vie est plutôt paisible. Il vit dans une maison ancienne avec sa femme Lisa, chirurgienne de la main, et leurs deux enfants. Malheureusement, Porter fait la connaissance, lors d’une réception, de Caroline Crowley. Celle-ci se dirige vers lui pour lui parler de la mort de son mari Simon. Ce dernier était un jeune cinéaste et il fut retrouvé dans un immeuble quelques mois plus tôt. Porter se laisse totalement séduire par l’envoûtante Caroline. « J’étudiais attentivement son visage, le front lisse – plus jeune que celui de ma femme – les sourcils, les grands yeux bleus – pétillants, amusés -, les pommettes hautes, le nez légèrement accusé, la bouche à la moue suggestive, puis de nouveau les yeux. Si bleus qu’on pouvait s’y perdre. (…) Elle inspira légèrement, se figea, me regarda. Elle venait de ce lieu où je désirais aller ; elle savait pourquoi les gens s’y rendaient, elle était en mesure de me révéler mon moi véritable, mon trouble l’amusait, elle s’attendait à ce que je succombe à ses charmes, et cependant elle ne voulait pas me jauger à cette aune, car c’était dans l’ordre naturel des choses.«  Porter se trouve alors mêlé à une histoire complexe dont les différentes strates se révèlent au fur et à mesure de ses découvertes.

« Manhattan nocturne » est un roman noir, très noir, à l’instar des nuits new-yorkaises. Colin Harrison réussit à créer une atmosphère pesante, sans espoir. Porter Wren connaît la misère, la violence des nuits ; il côtoie pour ses chroniques le meurtre,  la trahison, les accidents, les vies qui se terminent douloureusement. L’ambiance est d’autant plus sombre que Porter nous raconte son histoire a posteriori. Plane sur son récit l’annonce de ses futures péripéties, des futures catastrophes qui vont lui tomber dessus. « Comment débutent tous les récits malheureux ? Quand on ne s’y attend pas, qu’on regarde ailleurs, qu’on pense à d’autres problèmes, aux problèmes ordinaires. A l’époque – cela remonte à janvier dernier – la ville reposait sous des amoncellements de neige sale, les camions-poubelles passaient en gémissant dans les rues boueuses, des gens achetaient des billets d’avion pour Porto-Rico, les Bermudes, n’importe où loin de ce froid qui les gelait jusqu’aux os, loin de la vie trépidante de Manhattan.« 

La construction du roman est extrêmement travaillée. Au fur et à mesure de son enquête sur la mort de Simon Crowley, Porter Wren rencontre d’autres problèmes notamment liés aux cassettes vidéos réalisées par la victime. Simon filmait les gens à leur insu, prenait sur le vif la vie des personnes qui croisaient sa route. Porter regarde ces cassettes et en trouve une sur le meurtre non élucidé d’un policier ; une autre concerne un magnat de la presse, M. Hobbs. Ces différentes affaires s’emboîtent comme des poupées gigognes sans que les lecteurs ne soient perdus. Colin Harrison prend son temps pour construire ses intrigues, pour décrire minutieusement tous les personnages.

New York a une place prédominante dans ce polar, il ne s’agit pas seulement d’un décor de fond. La ville est un personnage à part entière dans l’intrigue. Colin Harrison rend parfaitement l’atmosphère de cette ville en plein hiver : « Le taxi descendit l’avenue sous les lumières mouchetées de neige ; de rares silhouettes avançaient courbées sur les trottoirs entièrement blancs ; la ville avait quelque chose d’onirique, comme si l’aube n’allait jamais venir. » L’écriture de Colin Harrison est belle, très précise dans ses descriptions et d’une grande fluidité.

Je ne connaissais pas cet auteur avant ma lecture de « Manhattan nocturne » et je remercie Amanda pour cette découverte. Je reste imprégnée de l’atmosphère sombre de New York et de la force d’évocation de l’écriture de Colin Harrison. Un auteur que j’aimerais lire de nouveau.

Publicités

9 réflexions sur “Manhattan nocturne de Colin Harrison

  1. heureuse qu’il t’ait plu 😉 tu peux lire Manhattan nocturne (même style narratif, avec une histoire assez particulière, où La nuit descend sur Manhattan, une construction en revanche plus classique (3ème personne du singulier, bien fait, prenant, une ou deux scènes un peu « too much » ou ratées, mais quand même très bien)

  2. @Manu : J’avais vu que tu l’avais également beaucoup aimé, les descriptions de New York y sont magnignifiques

    @Hydromielle : Si tu aimes les romans noirs, si tu aimes New York, n’hésite pas !

  3. Ah là là, ce n’est pas juste, je résiste à ce roman depuis sa sortie en poche mais là je crois que je vais définitivement jeter l’éponge ! Il me tente follement, et puis j’ai une petite envie d’Etats-Unis, moi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s