Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain

Certaines idées toutes faites ont la vie dure concernant certains écrivains. Ainsi Jack London serait un auteur de romans d’aventures, alors que son œuvre est protéiforme. De même on a tort de réduire Mark Twain à un romancier pour les enfants. Sans doute cette réputation est-elle due au manga animé « Tom Sawyer » qui passait à la télévision dans les années 80, mais aussi et surtout à des éditions tronquées principalement destinées à la jeunesse. Les éditions Tristram ont eu la bonne idée de faire paraître une version intégrale du texte sans laquelle je ne me serais sans doute jamais lancé dans la découverte des aventures de Tom Sawyer et de son ami Huckleberry Finn.

« Aventures de Huckleberry Finn » fait suite aux « Aventures de Tom Sawyer ». A la fin de ces dernières, Tom – gamin vaniteux, effronté et à l’imagination débordante, toujours prêt à faire l’école buissonnière – et son copain Huck – petit vagabond et paria du village, oisif et paisible, fils d’un ivrogne voleur et violent – après bien des péripéties, découvrent un trésor dans une grotte et deviennent les héros de St. Petersburg, Missouri. Huck est alors recueilli par la veuve Douglas : « La veuve Douglas, elle m’a pris chez elle comme son fils et elle se disait qu’elle allait me siviliser ; mais c’était plutôt dur de vivre dans la maison tout le temps, vu que la veuve avait une manière de vivre horriblement régulière et convenable ; et donc, quand j’en ai eu pour mon compte, je me suis tiré. J’ai remis mes vieux haillons, et j’ai retrouvé ma barrique de sucre, et j’étais de nouveau libre et satisfait. » 

C’est Huck lui-même qui narre ses aventures. Ce style parlé fut une innovation dans la littérature américaine, et apporte au récit une grande fraîcheur. Huck descend le Mississipi sur un radeau en compagnie de Jim, un esclave noir en fuite. Au fil de leur navigation sur le fleuve parcouru par de nombreux chalands, vapeurs, canots, barques ou autres trains de flottage qui sont autant de dangers pour nos compères, Mark Twain décrit, au travers du regard naïf de Huck, l’Amérique profonde de la première moitié du XIXe siècle, puritaine et violente, en proie à la superstition et au racisme (dont ne sont pas exempts Tom et Huck), habitée par un peuple grégaire, conformiste et crédule, ce dont profitent truands, charlatans et escrocs en tous genres.

On le voit, on est loin de la gentille histoire pour enfants. Même avec humour, et par le biais d’un narrateur enfant, Mark Twain y expose une critique virulente de la société américaine de son temps. Mais il fallait pour la discerner que le texte retrouve toute son intégrité. Au-delà de cela, ces aventures sont également une ode à la nature et au majestueux Mississipi, regorgeant de périls mais aussi salvateur, voie royale vers la liberté.

Publicités

9 réflexions sur “Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain

  1. J’avais adoré lire Tom Swayer il y a quelques années, même si j’ai eu du mal à m’éloigner des images du dessin animé lors de ma lecture… Du coup, j’avais acheté Huckeberry Finn, mais je l’ai pas encore lu… peut-être cette année pour mon challenge « yes we can » !!

  2. J’étais fan du manga quand j’étais petite. A peu près à la même époque j’ai reçu ces deux livres de Mark Twain, et je garde un excellent souvenir de Huckleberry Finn alors que j’ai un a priori lorsqu’il s’agit des livres d’aventures. J’ai lu récemment « Moonfleet » de Falkner et là encore, on voit que les catégories littéraires sont parfois étriquées et très poussiéreuses !

  3. @Cryssilda : le dessin animé a marqué beaucoup de gens de notre génération. L’adaptation était très fidèle au texte soit dit en passant, on y retrouve les principaux épisodes. Huckleberry Finn, le livre, est assez différent dans sa forme de « Tom Sawyer », mais tout aussi savoureux.

    @Lou : l’aventure est souvent un prétexte pour aborder d’autres sujets, une façon plus distrayante de présenter les choses, en tout cas pour les meilleurs livres d' »aventures ». C’est marrant que tu me parles de « Moonfleet », ça fait longtemps que je suis attiré par sa couverture (chez Phébus je crois ?).

  4. L’oeuvre de Mark Twain est très connue mais, j’ai l’impression, peu lue. Espérons que ces nouvelles traductions et les avis favorables sur les blogs la feront connaître à un large public.

  5. Je ne suis pas si sûre que loeuvre de Mark Twain soit si connue que ça, tout le monde connais Tom Sawyer et éventuellement Huckleberry Finn, mais je ne savais pas qu’il avait écrit tant de livres…

  6. Je voulais parler en fait de « Tom Sawyer et « Huckleberry Finn ». Effectivement, le reste est très peu connu, et son oeuvre est très diverse : romans, contes, essais, récits de voyage, etc. Je ne sais pas exactement ce qui est traduit et publié en français, mais peu de chose apparemment.

  7. J’ai lus ces deux classiques déjà adultes, lorsque mes enfants ont commencé à regarder le feuilleton Tom Sawyer, le mercredi. Ce devait être dans les années 80. J’ai beaucoup aimé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s