La poursuite de l'amour de Nancy Mitford

Le roman de Nancy Mitford porte bien son titre car c’est bien après l’amour que court Linda, l’héroïne du livre.

La vie de Linda nous est narrée par sa cousine germaine Fanny. Cette dernière vient régulièrement à Alconleigh, le domaine de la famille de Linda, les Radlett. Fanny a été abandonnée par ses parents et est élevée par l’une de ses tantes. « Ma vraie mère, leur plus jeune soeur, s’était trouvée trop belle et trop gaie pour s’encombrer d’une enfant à l’âge de 19 ans. Elle quitta mon père quand j’avais un mois et par la suite se trotta si souvent, et avec tant de gens différents, que sa famille et ses amis ne l’appelaient plus que « la Trotteuse ». Entre-temps, la 2nde épouse de mon père, et ensuite la 3ème, 4ème et 5ème n’eurent évidemment pas très envie de s’occuper de moi. »

La famille Radlett est totalement excentrique et le train-train quotidien n’existe pas. L’oncle Matthew organise des chasses aux enfants avec chiens lancés à leurs trousses, les enfants s’enferment dans un placard pour les réunions de leur société secrète « les Honorables », le voisin Lord Merlin met des diamants aux cous de ses chiens et peint de couleurs différentes ses pigeons. Les enfants vivent sans contraintes ni devoirs, Linda grandit dans l’irréalité la plus totale. Ses rêves d’amour commencent lorsque Fanny et elle vont faire leur entrée dans le monde. « Nous ne devions « aller dans le monde » que deux ans plus tard – pour nous une éternité – et plus encore pour Linda que pour moi. Elle était véritablement anéantie par son impatience à connaître l’amour, et n’ayant ni leçons ni devoirs, elle ne trouvait aucun dérivatif. » La recherche de l’amour absolu et romanesque sera l’unique moteur de la vie de Linda et ne lui apportera pas tout le bonheur dont elle rêve.

Nancy Mitford nous présente deux formes d’amour à travers les vies des deux cousines. Fanny est raisonnable, elle vit dans un environnement calme et heureux avec sa tante Emily et son mari hypocondriaque, Davey. Elle n’épouse qu’un seul homme qui est le père de ses enfants. Linda, habituée à la folie perpétuelle d’Alconleigh, n’est pas faite pour supporter le quotidien du mariage. Elle s’ennuie rapidement et change de mari. Sa quête de l’amour l’empêche même de s’occuper de sa fille qu’elle abandonne à son premier mari. Nancy Mitford, qui a mis beaucoup d’elle dans le personnage de Linda, semble nous dire que la poursuite de l’amour est vaine et décevante.

L’univers de Nancy Mtford m’a beaucoup plu, le lecteur est plongé dans une atmosphère typiquement britannique, plein d’humour et d’excentricité. L’auteur est capable d’aborder l’intime comme l’Histoire puisque Linda est entraînée par son second mari communiste dans les camps français où sont recueillis les espagnols fuyant le fascisme.

Mon seul bémol concerne la fin du roman qui me semble bâclée. Nancy Mitford se débarasse de manière abrupte de Linda et je suis donc restée sur ma faim. Il reste un roman délicieux qui me donne envie de lire les autres oeuvres de Nancy Mitford. J’attends les suggestions des bloggeuses anglophiles!

Publicités

11 réflexions sur “La poursuite de l'amour de Nancy Mitford

  1. C’est drôle car ce roman est la 1ère lecture qui réussit à la Reine d’Angleterre dans « La reine des lectrices » d’Alan Bennett. Il parait que ce roman a une suite « L’amour dans un climat froid » qui avait aussi bien plu à la Reine !

  2. J’avais bien aimé, avec quelques bémols. En revanche, j’ai absolument adoré « Le Cher ange ». On retrouve d’ailleurs les personnages de ces deux romans réunis dans « Pas un mot à l’ambassadeur ».

  3. J’ai bien aimé ce livre, même si j’ai trouvé la fin un peu bâclée. Défaut également de la suite, « l’amour dans un climat froid », mais que j’ai encore plus apprécié, peut-être parce qu’il s’attache davantage à Fanny.

  4. @Levraoueg : Ma prochaine lecture doit justement être « La reine des lectrices », je vais donc voir à quel point elle apprécie Nancy Huston! Je sens que je vais me régaler avec ce livre!

    @Keisha: Tu as du faire des billets sur les suites, je vais aller farfouiller sur ton blog pour voir par quoi je commence…

    @Lilly : Je te remercie pour tes conseils de lecture. Je me souviens de ton article sur « La poursuite de l’amour » et effectivement tu avais émis quelques réticences. C’est vrai que la fin est rapide, on dirait vraiment qu’elle ne savait plus quoi faire de son personnage.

    @Nanou : Oui la fin est très rapide, c’est dommage. Je vais lire la suite si tu me le conseilles, d’autant que j’aurais bien aimé mieux connaître Fanny.

  5. @YS : Il faut que tu commences par « La poursuite de l’amour » car « L’amour dans un climat froid  » en est la suite. C’est très british et j’adore ça! Nancy Mitford n’a pas révolutionné la littérature mais c’est quand même un très agréable moment.

  6. J’ai préféré le suivant, « l’amour dans un climat froid », dans le même ton mais j’ai été plus sensible à quelque chose dans les personnages ou l’atmosphère, je ne sais plus trop (mais j’en parle en long en large et en travers sur mon blog si tu es motivée :)). Le 3e volet est « don’t tell Alfred » (pas un mot à l’ambassadeur je crois) et In Cold BLog m’a chaudement recommandé la biographie « ces extravagantes soeurs mitford », dans ma PAL depuis quelques mois.

  7. @Lou : J’ai acheté pendant mes vacances « L’amour dans un climat froid », je vais essayé de le lire rapidement pour pouvoir comparer avec celui-ci.Je ne savais pas qu’il y avait une suite à la suite!!! Je vais aller lire ton article sur ton site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s